Skip to main content
Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes
PUI, 2020
Libye

Fiche info

Introduction

Depuis 2011, un conflit intense et la fragmentation politique ont un impact considérable sur le tissu social, les services de base et l’infrastructure nationale de la Libye. L’économie en ruine et la COVID-19 ont épuisé les capacités d’adaptation des plus démunis, notamment des migrants.

En dépit d’une situation politique et sécuritaire fragile, les besoins humanitaires de la population diminuent.Le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays continue de diminuer, mais le manque de protection et de sécurité les empêchent de retourner chez elle dans des conditions sûres et décentes. L’UE reste le principal bailleur de fonds humanitaires en Libye.

Quels sont les besoins ?

Au terme d’années de conflit, l’ONU estime que quelque 662 000 Libyens ont été rapatriés et que plus de 179 000 personnes continuent d’être déplacées dans le pays. La présence de mines terrestres et le manque de sécurité, d’emplois et de services essentiels dissuadent les Libyens de rentrer chez eux.

Plus de 610 000 migrants, demandeurs d’asile et réfugiés de 43 pays vivent en Libye. Plus de 5 000 autres migrants sont parqués dans des centres de détention où ils vivent dans des conditions inhumaines, sans accès à la protection la plus essentielle.

En 2022, la communauté humanitaire prévoit d’apporter son aide à 211 000 personnes vulnérables. L’économie en ruine et la COVID-19 ont fait grimper le prix des produits alimentaires.

La situation en Libye s’est quelque peu améliorée depuis le cessez-le-feu de 2020. Toutefois, les plus vulnérables ont toujours du mal à satisfaire leurs besoins de base tels que nourriture, soins de santé, éducation, protection, logement et eau.

Quelque 800 000 personnes ont un accès limité aux soins de santé. Les pénuries de médicaments sont fréquentes. Le manque de ressources dans le secteur de la santé empêche de lutter efficacement contre la pandémie.

Les Libyens déplacés, les personnes sans statut légal, les réfugiés et les migrants ont des difficultés à obtenir les documents officiels dont ils ont besoin pour accéder aux services et aux aides.

Au moins 253 écoles ont subi des dommages au cours de la dernière décennie. Les fermetures d’écoles provoquées par la COVID-19 ainsi que l’instabilité de l’accès à l’électricité et à Internet nuisent à l’éducation des enfants.

Carte de Libye

En quoi consiste notre aide ?

Depuis 2011, l’Union européenne a alloué € 88,3 millions d’aide humanitaire à la Libye, dont € 4 millions en 2022.

Cette année, notre financement aide à répondre aux besoins les plus urgents du pays et à organiser une capacité de vaccination contre la COVID-19. Les partenaires humanitaires de l’UE veillent à ce que les personnes vulnérables puissent accéder à des soins de santé, à l’éducation, à la protection et à une aide financière.

L’assistance est fournie sous forme d’une aide en espèces polyvalente aux personnes extrêmement vulnérables. Celles-ci sont souvent exclues des programmes de protection sociale et ont recours à des stratégies d’adaptation négatives telles que sauter des repas ou ne pas envoyer leurs enfants à l’école.

Les interventions de protection se concentrent sur l’impact du conflit sur les civils. Les partenaires européens viennent en aide aux personnes ayant survécu à des violences sexuelles et liées au genre et à d’autres formes de violence, d’abus et d’exploitation. L’UE finance également des activités de protection de l’enfance et d’éducation pour les enfants qui ne sont pas scolarisés ou qui sont menacés par le décrochage.

L’aide humanitaire européenne a contribué à la reprise de l’enseignement dans l’est du pays, afin que les enfants puissent apprendre dans un environnement sûr. En 2022, l’UE continue de soutenir les services de protection de l’enfance et d’éducation en Libye.

L’aide juridique soutient les bénéficiaires dans leurs efforts pour obtenir des papiers officiels tels qu’actes de naissance et de mariage.

Les interventions effectuées dans le domaine de la santé concernent (i) les soins de santé d’urgence et essentiels, (ii) les services de rééducation physique et orthopédiques, (iii) la prise en charge des troubles mentaux et le soutien psychosocial, (iv) les services de santé de la reproduction, et (v) les soins apportés aux survivants des violences liées au genre.

Au début de la pandémie de COVID-19, les partenaires humanitaires de l’UE ont intensifié les campagnes de sensibilisation et la promotion de l’hygiène au sein des communautés vulnérables. Ils ont également adapté les programmes d’aide pour limiter le risque d’infection, optant pour de nouvelles approches en matière d’éducation et de soutien psychosocial.

L’Union européenne soutient le droit humanitaire international et la coordination humanitaire.

L’aide humanitaire financée par l’UE est fournie sans distinction aux personnes vulnérables, en fonction des besoins et indépendamment de leur nationalité ou de leur statut. En cas de catastrophes et de déplacements subits, nous distribuons aussi des matelas, des couvertures et des kits d’hygiène.

La Libye reçoit par ailleurs une aide au développement et au redressement rapide par l’intermédiaire d’autres instruments de financements européens, tels que le fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique. Dans le cadre d’une approche intégrée, les services de l’UE chargés de l’aide humanitaire et du développement travaillent ensemble pour garantir un lien entre l’aide d’urgence à court terme et l’aide au développement à long terme, notamment dans le secteur de la santé.

Par ailleurs, la Commission européenne verse une aide humanitaire de € 100 millions pour soutenir la mise en place de campagnes de vaccination dans les pays d’Afrique ayant des besoins humanitaires critiques et des systèmes de santé fragiles.

Sur cette somme, au moins € 5 millions serviront à soutenir des campagnes de vaccination auprès des populations les plus vulnérables d’Afrique du Nord, dont € 3 millions pour la Libye.

Dernière mise à jour: 15/02/2022
Photo: © PUI, 2020

Faits & chiffres

610 000 migrants
179 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays
(IOM DTM)

803 000 personnes dans le besoin en 2022 :

  • 132 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays
  • 232 000 migrants
  • 43 000 réfugiés
  • 281 000 personnes affectées par la guerre, la COVID-19 et le manque de services
  • 115 000 rapatriés
    (HNO 2021 / OCHA)

 

Aide humanitaire de l’UE :
€ 4 millions en 2022
€ 88,3 millions depuis 2011

Related information