Skip to main content
Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes
© WFP/Falume Bachir, 2020
Mozambique

Fiche info

Introduction

La fragile situation humanitaire dans la province septentrionale mozambicaine de Cabo Delgado continue de se dégrader.

Une escalade des violences a déclenché le déplacement de plus de 946 000 personnes à l’intérieur du pays. On estime qu’au moins 1,5 million de personnes ont besoin d’une aide humanitaire et d’une protection immédiates dans la province de Cabo Delgado et les provinces voisines de Niassa et Nampula.

Plus de 1,4 million de personnes sont actuellement en situation d’insécurité alimentaire sévère dans le pays en raison de l’insécurité ambiante, de la sécheresse et de l’impact socioéconomique des restrictions imposées durant la pandémie de COVID-19.

Quels sont les besoins ?

Le Mozambique est confronté à divers chocs, notamment à un conflit dans le nord du Mozambique, des catastrophes naturelles fréquentes et des épidémies encore aggravées par l’impact des restrictions imposées dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

Le conflit armé à Cabo Delgado s’est intensifié en 2020, avec une hausse significative du nombre et de l’ampleur des attaques des groupes armés et, consécutivement, de leur impact humanitaire.

Les besoins du pays sont colossaux :

  • quelque 1,5 million de personnes ont besoin de protection, d’une aide alimentaire, de services nutritionnels, d’un accès à l’eau et à l’assainissement et d’un hébergement
  • plus de 1,4 million de personnes souffrent d’insécurité alimentaire aiguë, dont 1,1 million dans la province de Cabo Delgado et dans les provinces voisines de Niassa et Nampula.

L’insécurité alimentaire est attribuée à plusieurs facteurs, comme l’insécurité ambiante et les violences armées, la sécheresse, et l’impact de la COVID-19.

Par ailleurs, la guerre en Ukraine a un impact sur les prix, la disponibilité et l’accès aux denrées alimentaires, au carburant, aux engrais et aux autres produits de grande consommation. On s’attend à ce que ce phénomène aggrave encore l’insécurité alimentaire et entraîne une détérioration de la situation humanitaire générale au Mozambique.

Des évènements météorologiques extrêmes, comme des inondations, cyclones et vagues de sécheresse, ont régulièrement lieu, leurs fréquence et intensité ne faisant qu’augmenter sous l’effet du changement climatique. Le pays ne s’est toujours pas remis des puissants cyclones Idai et Kenneth de 2019 qui ont affecté plus de 1,5 million de personnes.

Plus récemment, le passage de la tempête tropicale Ana en janvier 2022, la dépression tropicale Dumako en février et le cyclone Gombe en mars a touché plus de 200 000 personnes. Des dizaines de milliers de personnes restent déplacées à l’intérieur du pays à cause des inondations et des cyclones, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Carte de Mozambique

En quoi consiste notre aide ?

En 2022, l'UE a alloué plus de € 28 millions d'aide humanitaire. L’UE soutient les personnes les plus vulnérables affectées par les violences armées dans la partie nord du pays, y compris les personnes déplacées et les communautés les accueillant.

Grâce à une approche multisectorielle, nous aidons à fournir des (i) services de protection, (ii) des hébergements et des articles non alimentaires, (iii) un accès à l’eau et à l’assainissement, (iv) une aide alimentaire et nutritionnelle, (v) une aide logistique et (vi) une éducation en situation d’urgence.

Sur le budget global alloué, plus de € 8 millions servent à lutter contre l’insécurité alimentaire et l’augmentation des frais logistiques. Le but est de limiter l’impact de guerre en Ukraine sur les prix et la disponibilité des denrées alimentaires, du carburant, des engrais et des autres produits de grande consommation au Mozambique.

En juin et juillet 2021, nous avons complété notre aide humanitaire par trois ponts aériens humanitaires organisés par l’UE. Ces vols ont transporté 20 tonnes de fret dont des équipements médicaux et de protection individuelle, des kits d’hygiène, des respirateurs, des denrées alimentaires et de l’eau, ainsi que des équipements d’assainissement.

En outre, la Commission européenne a consacré une aide humanitaire de € 100 millions au déploiement des campagnes de vaccination contre la COVID-19 dans les pays d’Afrique aux besoins humanitaires critiques et systèmes de santé fragiles.

En 2021, nous avons alloué au moins € 8,9 millions de ces fonds à la région de l’Afrique australe et l’océan Indien, dont € 2,5 millions ont servi à l’organisation de campagnes de vaccination au Mozambique.

La réaction d’urgence dans le nord du Mozambique est devenue une priorité humanitaire depuis 2021. L’UE n’en maintient pas moins son aide visant à améliorer la préparation du pays aux catastrophes. 

Une préparation et une action rapide peuvent réduire l’impact des catastrophes naturelles et contribuer à sauver des vies et propriétés. À cette fin, l’UE soutient des actions qui renforcent les capacités des communautés et aide les autorités nationales et locales de gestion des catastrophes à se préparer et répondre aux catastrophes.

L’UE soutient aussi des actions de préparation aux catastrophes dans les écoles comme la promotion de structures scolaires sécurisées, la formation des enseignants aux systèmes d’alerte précoce, et l’enseignement aux enfants de méthodes pour se mettre en sécurité. S’appuyant sur les leçons tirées des inondations de 2019, la Commission européenne a aussi œuvré au pré-positionnement stratégique de stocks d’urgence, en vue de faciliter et accélérer la réponse aux catastrophes naturelles.

Plusieurs projets financés par l’UE utilisent des approches technologiques et innovantes. Ils font par exemple appel à des drones, en réponse au cyclone Idai au Mozambique et au Malawi, pour cartographier les zones à haut risque. Ils utilisent aussi la messagerie mobile pour avertir les communautés locales des dangers imminents et permettre à ces dernières de fournir des informations aux autorités responsables de la gestion des catastrophes.

L’UE met en œuvre une approche intégrée pour répondre aux besoins multidimensionnels des populations affectées par les violences armées et pour remédier aux causes de la crise dans la province de Cabo Delgado.

L’approche intégrée adoptée repose sur des actions humanitaires, de développement, de pacification et de sécurité menées en continu ainsi qu’à court, moyen et long terme, tout en garantissant le respect du droit international humanitaire, des droits de l’homme et de la règle de droit.

Cette complémentarité se traduit par un ensemble d’interventions. L’aide humanitaire de l’UE reste fondée sur les besoins et est apportée dans le respect total des principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance. 

Dernière mise à jour: 21/10/2022
Photo: © WFP/Falume Bachir, 2020

Faits & chiffres

Plus de 1,4 million de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire sévère, dont 1,1 million de personnes affectées par le conflit dans le nord du Mozambique.

Plus de 1,5 million de personnes affectées par les violences armées dans le nord du Mozambique (OCHA)

Plus de 946 000 personnes contraintes au déplacement par les violences à Cabo Delgado (OCHA)

Aide humanitaire de l’UE :
Plus de € 28 millions en 2022
Environ € 18 millions en 2021