Skip to main content
Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes
© European Union, 2020 (photographer: Peter Biro)
Asie Centrale

Fiche info

Introduction

Le Kirghizistan, le Kazakhstan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan, les cinq républiques qui constituent l’Asie Centrale, sont particulièrement exposés aux catastrophes naturelles, comme les glissements de terrain, les avalanches, les inondations, les séismes, les vagues de sécheresse et la fonte des glaciers.

Ces catastrophes naturelles entraînent des pertes considérables en vies humaines, des destructions d’habitations et de moyens de subsistance, et entravent le développement de ces pays sur le long terme. De plus, le conflit en cours et l’insécurité en Afghanistan, ainsi qu’une sécheresse importante au printemps 2021, ont entraîné de nouveaux flux de réfugiés vers l’Asie Centrale.

Quels sont les besoins ?

L’impact du changement climatique, associé à la diversité géographique de l’Asie centrale, allant de montagnes, steppes et déserts à de grands systèmes fluviaux, rend cette région particulièrement vulnérable aux catastrophes naturelles.

Même si certains pays sont mieux équipés que d’autres, la réduction des risques de catastrophe est devenue une priorité pour toute la région. En dépit des importants progrès réalisés au cours des dernières années, l’Asie centrale a toujours besoin de renforcer sa capacité de gestion des catastrophes naturelles.

En conséquence au conflit en cours en Afghanistan et à l’insécurité croissante, les arrivées et les demandes d’asile en provenance d’Afghanistan vers les pays d’Asie Centrale sont en augmentation.

À ce jour, c’est le Tadjikistan qui accueille le plus grand nombre de réfugiés afghans. Par conséquent, établir des plans d’urgence régionaux, faire des stocks et réapprovisionner les articles de base s’avère essentiel pour répondre aux besoins des Afghans récemment arrivés dans la région.

Map_Central_Asia

En quoi consiste notre aide ?

L’UE a démarré ses activités humanitaires en Asie centrale en 1994 en réponse à la guerre civile au Tadjikistan. Depuis lors, elle a alloué plus de € 229,8 millions d’aide humanitaire à la région.

En 2021, l’UE a alloué € 1 million aux situations d’urgence rencontrées en Asie Centrale. Ces efforts ont consisté à :

  • répondre aux besoins d’hébergements induits par l’afflux de réfugiés et satisfaire les besoins fondamentaux des réfugiés afghans déjà présents au Tadjikistan
  • faire face aux affrontements aux frontières entre le Kirghizstan et le Tadjikistan liés à la distribution de l’eau
  • affronter les conséquences des inondations au Tadjikistan
  • gérer les effets de la sécheresse au Kazakhstan.

Par ailleurs, en 2021, l’UE a acheminé vers le Tadjikistan et l’Ouzbékistan plus de 500 000 doses de vaccin contre la COVID-19 provenant d’Autriche, de Lituanie et de Pologne, par le biais du Mécanisme de protection civile de l’UE.

Entre 2003 et 2018, l’UE a renforcé son soutien aux activités de préparation aux catastrophes dans la région, notamment avec son programme phare DIPECHO. Au total, l’UE a financé plus de 110 projets à hauteur de € 47 millions au total, en donnant la priorité aux populations vivant dans les zones les plus vulnérables aux catastrophes naturelles.

L’UE a aussi contribué à la création d’un centre régional de réduction des risques de catastrophe à Almaty au Kazakhstan, proposant notamment formations destinées à son personnel. L’objectif était de promouvoir la coopération entre les pays d’Asie centrale et les autres institutions, y compris avec le Centre de coordination de la réaction d’urgence de l’UE, à Bruxelles.

Le programme DIPECHO promouvait également l’intégration de mesures de réduction des risques de catastrophe dans les plans et budgets locaux et nationaux de développement, tout en incitant les partenaires au développement à intégrer la réduction des risques de catastrophe dans leurs priorités.

Dernière mise à jour: 22/03/2022
photo: © Union européenne, 2020 (photographer: Peter Biro)

Faits & chiffres

Aide humanitaire de l’UE :
Plus de € 229,8 millions depuis 1994